Les mots introuvables — 2012

Suite poétique.

Publié dans la revue Estuaire,
numéro 150, septembre 2012

PROJET SUIVANT


Extraits

Il n’a pas dit oui.
Il lapait sa soupe,
La bouche en O,
Sourcils levés.

Il n’a pas dit non,
Ne m’a pas appelé.
Il voulait une image
Pour chacun de ses yeux.

Que la table soit propre,
Mais les chaises en désordre.
Que tout vacille
Dans l’incorruptible.

Il n’a pas dit oui,
Il n’a pas dit non,
N’a rien demandé
Au soleil ni à l’ombre.

***

Sur chaque talus
Une espèce de sentiment

Entre ces accidents
De l’eau où barboter

***

Nous serions magnifiques si nous étions deux. Je ne suis pas un, mais nous ne sommes pas deux. Nous voyons les choses du même œil, les entendons de la même oreille et jamais nous ne nous retournons. Rien à voir derrière ni sur les côtés.

Que vous, en face. Votre visage, si clair. Vous êtes une personne. Une vraie. Avec vos cils, vos narines. Les mots ne vous échappent pas. Vous les posez un à un dans notre oreille, le menton appuyé sur vos dix doigts graciles.

Je n’en reviens pas. Ce regard posé sur nous. Vos cheveux ondulés, vos dents, votre tête! Nous sommes plein d’envie - je suis si jaloux! – devant une pareille unicité.

***

- Elle a acheté une maison à L’Île-Verte.
- C’est moi qui te l’ai dit.